État des lieux de l’intelligence artificielle

Avant d’aborder le sujet en profondeur, voici une définition sommaire du concept. «L’intelligence artificielle (IA) est ’l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence’. Elle correspond donc à un ensemble de concepts et de technologies plus qu’à une discipline autonome constituée».

L’intelligence artificielle (IA) joue déjà un rôle de premier plan dans les économies et les sociétés humaines et occupera une place plus importante encore à l’avenir. Réfléchir à l’avenir de l’IA revient ainsi à admettre que l’avenir est l’IA en Tunisie et en Afrique.

Nous devons nous attendre au développement d’un nombre incalculable de systèmes expert: des logiciels capables d’aider, voire de remplacer, des experts humains dans différents domaines. De même, des robots pourront effectuer des tâches qui ne pouvaient pas être automatisées auparavant. A l’heure actuelle, des robots peuvent par exemple faire tout ce que faisaient les êtres humains dans un entrepôt.

Compte tenu de cette tendance, il n’est pas surprenant que certains prédisent l’avènement du point dit de singularité, un concept qui définit le moment où les systèmes d’intelligence artificielle dépassent l’intelligence humaine, en s’auto-améliorant intelligemment. A ce stade, que ce soit en 2030 ou à la fin de ce siècle, les robots auront réellement pris le contrôle et l’IA aura relégué la guerre, la pauvreté, les maladies et même la mort au passé.

De nombreuses évolutions importantes, porteuses d’espoir pour l’avenir, sont toutefois probables. L’AI peut par exemple mettre des conseils juridiques fiables à la portée d’un plus grande nombre de personnes et à un coût très faible. Elle peut aussi nous aider à lutter contre des maladies actuellement incurables et élargir l’accès à des avis médicaux pertinents, sans que des experts médicaux supplémentaires soient nécessaires.

L’intelligence artificielle a des implications inquiétantes pour les domaines militaires, de la vie privée et de l’emploi. L’armement automatisé existe déjà et ces armes seront sans doute un jour capables de sélectionner une cible de manière autonome. En raison de l’utilisation de plus en généralisées des méga-données par les gouvernements et les multinationales, nos informations personnelles sont de moins en moins protégées. Et plus l’IA effectuera des activités de routine, plus grand sera le nombre d’individus à perdre de leur pertinence au niveau professionnel.

Une autre implication, différente mais tout aussi troublante, de l’IA est qu’elle pourrait se substituer aux contacts humains individuels. Pour prendre un exemple trivial, il suffit de penser à l’agacement éprouvé chaque fois qu’on essaye de joindre une personne au téléphone, pour ne tomber que sur des messages automatiques.

La Tunisie, pourrait être un terrain de jeu pour l’intelligence artificielle?

L’enjeu de l’intelligence artificielle représente une véritable révolution qui séduit notamment les GAFA : Google Amazon, Facebook, etc, Ce domaine est de plus en plus utilisée pour stimuler les besoins et améliorer la compétitivité dans presque tous les domaines. Ainsi pour le continent africain et la Tunisie en particulier, elle pourrait être un atout pour changer la vie et le quotidien de millions de personnes.

la Tunisie, avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication présente tous les atouts pour faire de ces technologies un vecteur de changement et d’amélioration des besoins quotidiens et immédiats de performance, d’apprentissage, et d’une multiplication d’opportunités. Pourquoi donc l’intelligence artificielle?

D’abord parce que son déploiement et son utilisation à grande échelle ne nécessitent pas forcément des infrastructures particulières, ce qui manque au continent.

Longtemps handicapées par les lourds investissements nécessaires au déploiement des serveurs indispensables au traitement de gros volumes de données, les entreprises africaines ont désormais un accès simplifié grâce au cloud. Désormais, les jeunes développeurs peuvent, partout sur le continent, innover sur des applications simples et apporter des solutions nouvelles.

Demain la majorité de la population africaine vont vivre dans des centres urbains connectés. Ils devront vivre avec la technologie qui les entoure et surtout disposer d’applications créées localement pour leur bien-être et leur vie de tous les jours.

Autre raison et pas des moindres pour faire éclore l’émergence des nouvelles technologies et l’intelligence artificielle dans le continent, il faudra diminuer le prix de communication et de l’internet très élevés à ce jour. L’accroissement de la population devrait provoquer une économie d’échelle et faire baisser les prix des géants des télécoms.

Les avantages comparatifs liés au recours aux technologies et à l’IA en Afrique et en Tunisie amènent certains géants du numérique à investir massivement sur le continent dans la formation des ressources humaines et ce pour une meilleure utilisation de la technologie.

L’Afrique est un continent d’avenir ou il fait bon investir. Le modèle africain de l’innovation se caractérise par une grande flexibilité et une forte adaptabilité aux réalités locales.

L’intelligence artificielle en Tunisie : vecteur de croissance pour différents secteurs :

Le secteur financier mondial s’empare progressivement des technologies d’intelligence artificielle (IA) afin d’améliorer la relation avec les clients. Le marché Tunisien s’inscrit dans cette tendance, que ce soit les banques ou les assurances. L’objectif étant de se positionner comme la banque ou l’assureur relationnel de référence sur tous les marchés, retail et entreprises, en capitalisant à la fois sur l’exploitation des «Big Data» et la digitalisation accrue des processus et de la Relation client.

Pour répondre aux nouvelles attentes des clients, les banques historiques se sont tournées vers des activités 100% digitales afin de tendre vers des coûts plus bas et une Relation client simplifiée. Cependant, si cette digitalisation a progressé ces dernières années, le recours à l’intelligence artificielle s’avère désormais déterminant pour conserver l’avance sur les volets performance et Relation client. L’utilisation d’outils d’intelligence artificielle dans les services financiers concerne diverses applications : gestion des centres de Relation client, analyses prédictives, Chatbots, etc

La majorité du territoire tunisien est désormais couvert par le réseau de téléphonie mobile. La généralisation du smartphone s’est accompagnée du développement de nombreuses applications qui permettent de résoudre des problèmes au quotidien que ce soit dans le domaine de la santé, de l’éducation, de la culture ou de l’environnement.

Soutien scolaire dispensé via des smartphones, applications permettant de surveiller la respiration des nouveaux nés dans les maternités, incubateurs d’innovation technologique : l’intelligence artificielle (IA) est déjà une réalité en Afrique et en Tunisie.

Mais ces facteurs sont encore limités. De plus, comme partout ailleurs, elles soulèvent une série de questions éthiques liées à l’utilisation des données privées, à la liberté d’expression ou encore à la notion de responsabilité. L’impact social de technologies qui peuvent suppléer à des tâches jusque-là effectuées par l’homme, est aussi en question.

Aussi, La Tunisie ne dispose pas encore de suffisamment de profils spécialistes en Intelligence artificielle, mais cela peut très vite changer et il y a une opportunité à saisir : Global Engineering Center, leader dans la formation et le conseil autour du data et nouvelles technologies vous ouvrent les portes pour investir dans ce domaine d’avenir : Le Machine learning et Intelligence artificielle à travers des formations pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FR
en_GB fr_FR