Intelligence artificielle: Une priorité pour la Tunisie

l’AI est défini comme la capacité d’une unité fonctionnelle à exécuter des fonctions généralement associées à l’intelligence humaine, telles que le raisonnement et l’apprentissage (« capability of a functional unit to perform functions that are generally associated with human intelligence such as reasoning and learning »).
Concrètement, à quel point l’intelligence artificielle se rapproche-t-elle du fonctionnement de l’intelligence humaine ?

L’intelligence artificielle est un domaine de recherche en plein essor qui retient particulièrement l’attention des médias en raison de ses applications impressionnantes telles que la reconnaissance d’image ou les voitures autonomes. Cependant, le sujet est généralement décrit sous les deux angles fallacieux concernant les attentes largement excessifs de la capacité illimitée de l’IA, ou d’une peur irrationnelle que l’IA peut éventuellement essayer de nous remplacer ou même de nous tuer. Au-delà de ces fantasmes journalistiques, il faut bien prendre la mesure réelle de l’IA quant à son utilisation comme outil de création et d’optimisation de la valeur des activités d’une entreprise.

Selon une étude, dans une vingtaine d’années, 47% des métiers aux Etats-Unis (soit près de la moitié de la masse salariale) seront effectués par des robots. Cette tendance se retrouvera dans tous les pays développés, donc en France.

Les humains perdent le monopole du travail face à la robotique

Le stock mondial de robots augmente, en 2016 il devrait atteindre les 1 659 500 unités pour un marché qui devrait peser 22.7 milliards de dollars américains (source IFR).

 La robotisation a deux conséquences sur l’emploi humain :

  • La création de nouveaux emplois liés à la robotique (programmation, etc), soit environ 10 millions de postes en 2011, cela tend à s’accélérer.
  • La destruction d’emplois (qui concerne tous les secteurs). Les postes qui sont menacés reposent sur le maniement d’objets, l’analyse de documents digitalisés et les métiers manuels (voir infographie).

Quelques exemples de métiers qui pourraient disparaître pour l’Homme 

  • Magasinier

Amazon illustre parfaitement bien l’automatisation de ce métier. En effet, l’entreprisepossède des robots magasiniers qui sont capables de gérer la préparation des commandes et de se déplacer seuls pour aller chercher des objets. De plus, la société devrait développer des drones capables de livrer des colis de moins de 2.3 kilos (soit 86% des commandes chez Amazon) dans un rayon de 16 kilomètres autour de l’entrepôt.

  • Trader

En France, les transactions à la Bourse de Paris sont souvent réalisées par des bots (1). Un trader travaille sur des logiciels capables d’effectuer 2000 opérations à la seconde. Ils sont beaucoup plus rapides qu’un humain donc ils génèrent un gain de temps et d’argent.

  • Chauffeur de taxi

Le développement des voitures autonomes, comme les Google cars qui ont déjà parcouru des milliers de kilomètres, va permettre aux individus de se déplacer sans avoir à conduire ou à être conduit.

  • Agent de sécurité

Aujourd’hui, les caméras ont déjà remplacé certains agents. De plus, on observe entre la Corée de Nord et la Corée du Sud des robots sentinelles qui surveillent constamment la frontière.

Certains métiers restent hors du champ de l’automatisation

Les robots ne connaissant pas les émotions, l’affect et tout ce qui touche à la personnalité humaine, ils ne peuvent pas remplacer les hommes pour des métiers touchant à la créativité (chorégraphe, directeur artistique, peintre), à la sociabilité (psychologue, entraîneur) ou nécessitant des manipulations précises (chirurgien dentaire, chiropracteur, maquilleur).

Face à une robotisation de plus en plus importante, le mieux est de se diriger vers un emploi qui allie travail manuel et réflexion. Par exemple, on imagine mal un dirigeant d’entreprise ou un chirurgien être remplacé par un robot. Mais cela n’est-il pas qu’une question de temps ? N’allons-nous pas tendre vers une mutualisation des services entre l’Homme et la machine et donc vers une réorganisation du travail ?

Conclusion

Finalement, Les entreprises de tous les secteurs en Tunisie et en Afrique ont l’énorme opportunité de tirer parti des avantages de l’IA sans avoir à effectuer d’énormes investissements immédiats. Commencez par aligner vos objectifs commerciaux et définir un plan sur les différentes manières dont l’IA peut vous aider à les atteindre (n’hésitez pas à faire appel à des consultants externes de confiance pour découvrir ces opportunités). L’engagement pour une bonne exécution est essentiel.

Nous sommes d’avis que les fonctionnalités logicielles basées sur l’intelligence artificielle deviendront de plus en plus omniprésentes et qu’il faudra de plus en plus de compétences et d’outils pour rester compétitif : cela peut très vite changer et il y a une opportunité à saisir : Global Engineering Center, leader dans la formation et le conseil autour du big data, les analytics et l’intelligence artificielle en Tunisie vous ouvrent les opportunités pour investir dans ce domaine et vous accompagne dans vos projets IA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FR
en_GB fr_FR